Les Actualités

Le blog
Toutes les dernières actualités Elancia, nos conseils nutritionnels et sportifs...

L’or pour Sébastien David, coureur Elancia - Dafy Moto à la Dead End Race Joliette !



100 meilleurs athlètes de cette discipline

 
Sébastien est un mordu de ce type de courses, il y participe en catégorie « Elite ». Il court plusieurs courses par an et se mesure régulièrement aux meilleurs athlètes. A chaque fois, il arrive dans les 10 premiers (voire 5 premiers) et a déjà quelques podiums à son actif (Hawaii, Chicago...). A la Dead End Race du 18 mars à Joliette, Sébastien a gagné l’or ! Il a bouclé la « Dead End Race » format 6 km en un peu plus de 47 minutes. « Je me suis inscrit au 6 km (en fait, c’était plutôt 7, 3 km !) car je vise cette année des distances plus courtes (mais plus douloureuses). L'an dernier, je m'orientais plutôt sur les distances autour de 15km ».
Malgré le froid au départ de la course, notre athlète s’est très vite réchauffé et a su gérer les obstacles. « Mathieu Harrisson m'a donné du fil à retordre dans la première moitié de la course, il allait plus vite sur la neige durcie raboteuse, mais comme c'était sa première course à obstacles, je l'ai distancé au Mini Platinum Rig (barres de singe, anneaux, cordes à grimper…) pour finir en tête. J'étais pourtant dans le rouge depuis le dernier obstacle à essayer de prendre de l'avance sur les amis qui me couraient après ! L'hiver, c'est pas facile ! ».
 
Prochain défi ?
 
Sébastien entend bien continuer sur sa lancée et faire de 2017 son année (« sans blessure ou cafouillage pendant la course ! »). Sa prochaine course ? Certainement sous le soleil avec la Blackout Race de l'Île-Perrot dans la région de Montréal. Il participera également aux Championnats Européens de Flevonice aux Pays-Bas. « Je ne pense pas pouvoir être de la partie aux Championnats de France, regrette-t-il. En revanche, je serai aux OCR World Championships en Ontario, au Canada ». A suivre !
 

Courses d’obstacles, quèsaco ?

C’est une sorte de parcours du combattant qui connaît un réel succès depuis quelques années (en particulier avec le démarrage simultané de Spartan Race et Tough Mudder en 2010, deux séries américaines qui restent les plus importantes). Les distances et types d'obstacles varient énormément : terrain montagneux ou plat, boueux ou sec, obstacles allant du bain de boue aux longs transports de charge, en passant par les tests d'équilibre (slackline, poutre), de force (soulevé de charge par poulie), et d'agilité (murs, filets, structure d'agrès), sans bien sûr oublier les obstacles psychologiques (saut dans le vide, glissades à pic, saut par-dessus le feu). Les départs se font par vagues, avec la vague compétitive en premier, puis de nombreuses vagues ensuite qu'on appelle "Open" (pour ceux qui cherchent plutôt le plaisir).

Les différents types de courses à obstacles, de la "fun run" ludique avec beaucoup de boue au vrai défi sportif sur 4, 8 ou 24h, attirent maintenant plus de participants que les triathlons, marathons et autres demi-marathons. On voit, par exemple, sur le Mud Day à Paris 25 000 personnes prendre le départ en un week-end. Il y a des courses pratiquement tous les week-ends, en Amérique du Nord comme en Europe, incluant la France bien sûr, dont le championnat national se tiendra d'ailleurs le 9 septembre à Clermont-Ferrand !



Photo: Darryl Michael Fallon
 

Partager cet article